Afrik Daily

Affrontements-manifestations-Senegal-Ousmane-Sonko-Macky-Sall

Sénégal : De nouvelles manifestations secouent le pays alors que le bilan des morts s’alourdit

Vues: 558
1 0
Temps de lecture:3 Minute, 15 Second

De nouveaux affrontements ont éclaté samedi entre les partisans de l’opposition sénégalaise et la police dans certaines parties de la capitale Dakar. Le pays est secoué depuis trois jours par une vague de manifestations déclenchées par la poursuite judiciaire d’un leader de l’opposition.

La police a annoncé que le bilan des morts depuis jeudi s’élevait à 15, ce qui classe ces manifestations parmi les plus meurtrières de ces dernières décennies. Deux membres des forces de sécurité figurent parmi les personnes tuées, selon la présidence.

Une foule de manifestants qui défie les forces de l’ordre

Après une accalmie en journée, les manifestants sont de nouveau descendus dans les rues samedi soir, érigeant des barricades et brûlant des déchets dans le quartier HLM de Dakar. La police, présente là-bas et dans le quartier résidentiel de Ngor, a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser les foules en colère.

Des stations-service et un supermarché ont été pillés dans la nuit de vendredi et plusieurs quartiers étaient jonchés de débris et de pneus brûlés. Une usine de traitement de l’eau a également été prise pour cible, a déclaré le ministre de l’Intérieur, Félix Abdoulaye Diome.

Il y a eu une volonté manifeste de perturber le fonctionnement normal de notre activité économique. Le choix des cibles n’est pas accidentel“, a déclaré Diome aux journalistes tard samedi soir, qualifiant la situation de sous contrôle.

Il a précisé que plus de 500 personnes avaient été arrêtées depuis le début des manifestations en 2021.

Lire aussi : Sénégal : Ousmane Sonko confronté à une réaction violente suite à ses commentaires dégradants sur une victime de viol

Lire aussi  Le Président Malien Échange avec Poutine au Sujet du Coup d’État au Niger

Une condamnation hautement controversée

Le déclencheur des derniers troubles a été la condamnation jeudi du leader de l’opposition, Ousmane Sonko, dans une affaire de viol vieille de deux ans. Ses partisans affirment que les poursuites étaient politiquement motivées et il nie toute faute.

Jeudi, il a été acquitté du chef de viol, mais reconnu coupable par contumace de corruption de mineur et condamné à deux ans de prison. Cette peine pourrait l’empêcher de se présenter à l’élection présidentielle de février et les manifestants ont répondu à son appel pour défier les autorités.

Le ministre Diome a refusé de commenter si la police prévoyait d’arrêter Sonko imminemment pour commencer sa peine de prison. Une telle mesure qui pourrait vraisemblablement enflammer davantage les tensions.

Le gouvernement a mobilisé l’armée pour soutenir les forces anti-émeutes stationnées dans toute la ville. Le quartier de Dakar, Ouakam, semblait calme samedi soir, mais une douzaine de soldats gardaient une station-service ravagée.

Abdou Ndiaye, propriétaire d’une épicerie voisine, a déclaré qu’il avait fermé tôt les deux jours précédents et ouvert tard samedi, par peur des troubles.

Nous avons très peur car vous ne savez jamais quand les foules vont arriver, et quand elles arrivent, elles emportent… vos biens, ce sont des voleurs“, a-t-il déclaré dans un entrepôt rempli de sacs de nourriture et d’articles ménagers.

Le Sénégal, longtemps considéré comme l’une des démocraties les plus stables de la région, a connu des manifestations de l’opposition parfois violentes déclenchées par le procès de Sonko ainsi que par les craintes que le président Macky Sall tente de contourner la limite de deux mandats et de se représenter en février. Sall n’a ni confirmé ni démenti cela.

Lire aussi  L’ONU continue d’apporter de l’aide au Niger malgré l’absence de contact avec l’armée

La communauté internationale suit de près les événements au Sénégal et appelle à la retenue et au respect des Droits de l’Homme. Il est important que les acteurs internationaux apportent leur soutien au peuple sénégalais dans sa quête de stabilité et de démocratie.

Alors que le pays se prépare pour les élections présidentielles de février, il est essentiel que le processus électoral soit transparent, libre et équitable. Les citoyens doivent avoir confiance en la validité des résultats et en la capacité du gouvernement à assurer une transition pacifique du pouvoir.

About Post Author

La rédaction

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %