Afrik Daily

Afrique-du-Sud-mandat-arret-de-CPI-pour-Poutine

Afrique du Sud : Le pays réfléchit aux options concernant le mandat d’arrêt de la CPI pour le potentiel visiteur Poutine

Vues: 542
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 52 Second

L’Afrique du Sud examine ses options concernant le mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) à l’encontre du président russe Vladimir Poutine, s’il accepte une invitation à un sommet des BRICS en août, a déclaré un responsable gouvernemental sud-africain.

En tant que membre de la CPI, l’Afrique du Sud serait théoriquement tenue d’arrêter Poutine en vertu du mandat émis en mars par la cour, qui l’accuse du crime de guerre consistant à expulser de force des enfants d’un territoire occupé par la Russie en Ukraine.

Moscou nie les accusations. Un haut responsable russe a également rejeté l’idée de déplacer le sommet en Chine.

L’Afrique du Sud avait déjà invité Poutine le 25 janvier au sommet des dirigeants des pays émergents des BRICS, qui se tiendra du 22 au 24 août à Johannesburg et réunira le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud.

Il n’y a pas encore de décision ferme“, a déclaré Zane Dangor, directeur général du département des relations internationales, ajoutant que les ministres chargés de ce dossier se réuniraient bientôt pour examiner un rapport présentant les options.

Une option qui gagne du terrain parmi les responsables sud-africains consisterait à demander à la Chine, présidente sortante du groupe, d’accueillir le sommet, a déclaré un haut responsable gouvernemental, qui a souhaité garder l’anonymat, mercredi.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, a déclaré jeudi que les informations selon lesquelles le sommet des BRICS serait déplacé en Chine depuis l’Afrique du Sud étaient fausses, selon l’agence de presse Interfax.

Lire aussi  Le Niger rouvre ses frontières avec plusieurs voisins une semaine après le coup d'État

Le Kremlin avait déclaré mardi que la Russie participerait au “niveau approprié“.

L’ancien président Thabo Mbeki, dont les opinions sur les relations internationales pèsent beaucoup parmi les responsables gouvernementaux, a déclaré dans une interview du 25 mai à la station de radio 702 que le sommet ne se tiendrait probablement pas en Afrique du Sud.

En raison de nos obligations juridiques, nous devons arrêter le président Poutine, mais nous ne pouvons pas le faire“, a déclaré Mbeki.

Un vice-ministre, Obed Bapela, a déclaré mardi à la BBC britannique que l’Afrique du Sud prévoyait d’adopter une législation qui donnerait à Pretoria la possibilité de décider d’arrêter ou non les dirigeants recherchés par la CPI.

Bapela n’a pas répondu aux demandes de commentaires. Cependant, un responsable du ministère de la Justice, s’exprimant sous couvert d’anonymat, a déclaré qu’il n’y aurait pas suffisamment de temps pour faire adopter une telle loi par le parlement avant le sommet.

L’Afrique du Sud a accordé l’immunité diplomatique à tous les dirigeants participant à la réunion ainsi qu’à la réunion des ministres des Affaires étrangères des BRICS qui se tient cette semaine au Cap. Le ministère des Relations internationales a déclaré que cela faisait partie de la procédure habituelle pour toutes les conférences internationales en Afrique du Sud.

Ces immunités ne l’emportent pas sur un mandat éventuellement émis par un tribunal international à l’encontre d’un participant à la conférence“, a déclaré Clayson Monyela, porte-parole du ministère.

L’Afrique du Sud avait précédemment annoncé son intention de se retirer de la CPI suite aux protestations concernant son incapacité à arrêter l’ancien président soudanais Omar al-Bachir, recherché pour génocide, lorsqu’il avait participé à un sommet de l’Union africaine à Johannesburg en 2015.

Lire aussi  Une alliance inattendue - Le Président Burkinabè évoque une coopération militaire avec la Russie

Le Congrès national africain au pouvoir a décidé en décembre que l’Afrique du Sud devait abandonner ce processus et essayer de provoquer des changements au sein de la CPI de l’intérieur.

Source : Reuters

About Post Author

La rédaction

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %